CE MOT DE QUATRE LETTRES, [email protected] %#…. PEUR !

“La seule chose à craindre est la peur elle-même” – Franklin D. Roosevelt

Je déteste penser à toutes les fois où j’ai laissé la peur régner sur moi, avoir un bastion dans ma vie, m’empêcher de poursuivre des choses et m’empêcher de faire des choses que je devais faire.

La peur est paralysante, terrorisante et surtout ; un grand voleur. La seule chose à vraiment craindre est la peur elle-même pour les ravages qu’elle peut créer dans votre vie et les nombreuses façons dont elle peut vous voler.

Le dictionnaire Webster définit la peur comme une émotion désagréable, parfois forte, causée par une anticipation d’un danger ou une inquiétude anxieuse. Il est sûr de dire sur la base de cette dernière définition qu’il existe des peurs saines qui nous servent, nous protègent et nous gardent hors de danger. Cependant, le type de peur que la plupart d’entre nous ressentons est souvent malsain et sans fondement ; résultat de notre imagination débridée.

Face à l’inconnu, la plupart d’entre nous paniquent et permettent à la peur de s’installer. La peur est paralysante parce qu’elle entrave notre progression dans la vie et nous fait stagner là où le mouvement/l’action est souvent nécessaire. La plupart des gens confrontés à des situations qui les obligent à s’étirer et à grandir choisissent de rester dans leur zone de confort plutôt que de sortir du bateau proverbial et de marcher sur l’eau.

La peur se déguise et se manifeste de différentes manières et formes dans nos vies, les suivantes étant les plus courantes :

La peur que nous ne soyons pas assez bons . Ce masque de peur est probablement le plus courant et le plus paralysant de tous, car il ébranle notre estime de soi et notre confiance en nous et les entame. Beaucoup d’entre nous ne pensent pas ou ne croient pas que nous sommes assez intelligents, assez éduqués, assez qualifiés, assez connectés, assez attirants ou quoi que ce soit d’autre pour poursuivre nos rêves.

Nous refusons de rêver parce que nous ne croyons pas avoir ce qu’il faut pour réaliser nos rêves ou même en être dignes. Cette forme de peur résulte souvent de l’acceptation de paroles négatives qui nous sont adressées et des limites imposées par nos proches ou la société. Cela s’enracine plus profondément dans nos vies lorsque nous nous comparons aux autres et que nous avons l’impression d’être en deçà ou de ne pas être à la hauteur.

1.  Peur de l’échec.

Ce genre de peur se reflète souvent dans nos vies lorsque nous laissons passer des opportunités, inventons des excuses pour expliquer pourquoi nous ne pouvons pas faire certaines choses ou refusons obstinément de les faire. Au plus profond de nous se trouve la peur que nous ne réussirons pas et que nos défauts et nos incapacités seront exposés en conséquence. Ainsi, plutôt que de risquer l’embarras de paraître inadéquat ou même humain, nous résistons à tout ce qui nous inciterait à sortir de nos zones de confort ou à sauver la face, relevons le défi mais tergiversons ou ne le faisons jamais du tout.

2. Peur de perdre le contrôle.

Le masque de la peur apparaît dans nos vies lorsque nous essayons de contrôler ceux qui nous entourent et tout ce qui concerne nos vies, de peur que les gens ne profitent de nous, ne nous dupent ou ne nous blessent. Cela se manifeste dans les relations lorsque nous choisissons de jouer à des jeux plutôt que d’être authentiques et de nous permettre d’être vulnérables. Dans ce cas, il semble souvent plus sage d’ériger des murs, de fuir ou d’utiliser des mécanismes de défense visant à se protéger contre la blessure, le rejet ou la déception.

3. Peur de ne pas avoir ce que nous voulons.

C’est la principale raison pour laquelle les gens se contentent de moins, se résignent à des vies médiocres et ne demandent pas ce qu’ils veulent, supportent plus que ce qu’ils doivent et restent dans des relations insatisfaisantes et des emplois en retard. Le sentiment sous-jacent est celui de l’indignité ; au fond de nous, nous sentons que nous ne sommes pas dignes des choses que nous désirons ou que nous ne pouvons pas les avoir. Nous pouvons également éprouver ce genre de peur après avoir souvent vu des gens faire caca dans nos vies et nous dire qu’ils sont impossibles et que nous n’avons pas ce qu’il faut pour les réaliser.

4. Peur qu’il n’y en ait pas assez .

Malgré le fait que l’univers est illimité et abondant à tous égards, la plupart d’entre nous ne croient pas qu’il y en ait assez pour tout le monde et ont donc développé une mentalité de compétition qui est responsable du monde de chien mangeur de chien dans lequel nous vivons. Nous croyons que nous devons poignarder les autres dans le dos ou leur enjamber pour avancer et que si nous partageons ce que nous avons, nous n’aurons pas assez de reste pour nous-mêmes.

Se libérer du cycle de la peur est un défi et demande beaucoup d’efforts de notre part. Nous devons reprogrammer nos esprits et changer la façon dont nous nous percevons. Nous pouvons commencer à abandonner l’emprise de la peur sur nos vies en commençant à croire en nous et en nos capacités. Cela nous permettra de prendre les mesures nécessaires que nous devons prendre pour poursuivre et faire les choses que nous remettrions autrement à plus tard, renforçant ainsi notre confiance et nous permettant d’affronter plus de nos peurs de front.

La seule façon de vraiment dépasser nos peurs est de les embrasser et de faire exactement ce que nous craignons. Finalement, plus nous confrontons nos peurs et leur refusons le pouvoir sur nous, plus nous deviendrons confiants en nous-mêmes et rendrons nos peurs inoffensives ; avec le temps, les peurs que nous considérions autrefois comme des géants commenceront à diminuer ou à disparaître complètement.

Comment la peur a-t-elle influencé négativement votre vie ? De quelles manières la peur vous a-t-elle volé ?